Isolation intérieure et isolation extérieure : quelles différences ?

Vous êtes propriétaire et vous souhaitez revoir l’ensemble de l’isolation de votre domicile ? Sachez que les normes diffèrent selon que vous entreprenez l’isolation extérieure ou intérieure du bâtiment.


Au travers de cette publication, nous revenons un moment sur la réglementation et les normes inhérentes à l’isolation thermique d’un logement. Vous verrez ainsi quelles sont vos obligations en tant que propriétaire. Quoiqu’il arrive et quelle que soit la situation à laquelle vous êtes confrontés, le respect de la réglementation thermique doit être votre principale préoccupation ! Dans le même temps, nous en profiterons pour voir dans le détail les distinctions entre l’isolation intérieure et extérieure.

Qu’est-ce que l’isolation intérieure ?

Vous vous demandez sûrement en quoi consiste concrètement l’isolation et quels peuvent être les services rendus par celle-ci dans votre vie quotidienne ? Concrètement, l’isolation un objectif très précis qui vise à limiter les pertes thermiques d’un bâtiment, en vue de réduire sa consommation d’énergie. A partir de là, le constat est clair : qui dit optimisation de la consommation d’énergie dit réduction de votre facture énergétique ! D’où l’importance de travailler à la fois l’isolation sur des aspects extérieurs et intérieurs au logement. Et c’est précisément ce dernier point que nous allons tenter d’éclaircir ci-dessous.

Dans le domaine du bâtiment, l’isolation thermique intérieure fait référence à la rénovation des murs anciens pour améliorer le confort thermique et acoustique. On applique ici un isolant thermique directement contre les éléments de structure. On utilise souvent cette méthode lorsqu’une isolation par l’extérieur est impossible – ceci pour des raisons qui touchent par exemple à des considérations esthétiques ou des questions patrimoniales ou de budget.
Ainsi, plutôt que de ne pas isoler le bâtiment du tout, on préférera se rabattre sur des solutions intérieures, qui offrent malgré tout de bonnes perspectives d’amélioration thermique. Voici quels sont les avantages d’isoler un bâtiment de l’intérieur :

– En premier lieu, vous accédez à de bonnes performances thermiques, grâce à une solution réputée économique.
– L’isolation intérieure peut être une formule adaptée pour les autoconstructeurs, grâce à une pose simplifiée.
– Vous conservez à tout moment l’aspect de votre façade extérieure.

Malheureusement, l’isolation intérieure a aussi ses inconvénients. Parmi ceux-ci, il peut se produire par endroit ce que l’on appelle des « ponts thermiques », ou l’isolation du bâtiment est rompue. Par ailleurs, un tel procédé contribue à réduire (même de façon minime), la surface habitable.

Les lois et normes à connaître

Faut-il isoler par l’extérieur ou par l’intérieur ? A cette question, la réglementation thermique impose une réglementation sensiblement différente. Par exemple, on appliquera un isolant à l’intérieur du bâti uniquement si l’architecture de la façade doit être préservée en l’état – on parle ici d’une façade en pierre, des encadrements de fenêtre en saillie ou si des travaux de décoration sont prévus à l’intérieur. Il en va de même si vous avez prévu des travaux de rénovation de façade.

Vous êtes propriétaire d’un logement neuf ou venez d’en faire l’acquisition ? Dans ce cas, l’isolation par l’intérieur est recommandée, car elle permet la réalisation de bâtiments basse consommation à des couts avantageux, selon les normes édictées par la réglementation thermique 2012. Pour neutraliser les ponts thermiques de structure qui peuvent survenir, on aura tendance à recommander un traitement spécial qui permet la continuité de l’isolation thermique de l’enveloppe du bâti.

Mais l’isolation par l’intérieur représente également de nombreux avantages dans le cas d’une rénovation. L’avantage le plus évident réside bien sûr dans les économies de réalisation – l’isolation intérieure délivre en effet un meilleur rapport prix-performance. On remarque cependant quelques petits désavantages comme la perte de surface habitable, mais ceci peut être rapidement comblé grâce à la performance d’un tel procédé, qui améliore grandement le confort global.

Qu’est-ce que l’isolation extérieure ?

L’isolation thermique extérieure permet d’appliquer sur la structure extérieure un « manteau thermique ». Ceci permet de neutraliser durablement tous les phénomènes de ponts thermiques que nous avons eu l’occasion d’évoquer précédemment. L’objectif est ici toujours le même : gagner en performance énergétique. Les avantages sont ici nombreux :

– Vous gagnez des points en termes de performance thermique, et vous neutralisez durablement la plupart des ponts thermiques (ce que ne permet pas forcément l’isolation par l’intérieur).
– Le chantier est peu perturbant pour les habitants de la maison, et vous conservez l’inertie des murs.
Bien évidemment, il subsiste quelques désagréments. Le premier d’entre eux est probablement le coût engendré par une telle démarche de votre part. Par ailleurs, vous serez dans l’obligation de demander une autorisation de travaux. La modification de l’aspect de la façade ne sera pas forcément à votre goût. Au final, on réserve ce genre de travaux aux professionnels de l’isolation thermique, ainsi qu’aux autoconstructeurs avertis – la présence d’échafaudages sur le chantier est en effet indispensable. Pour plus de renseignements, je vous incite à consulter le site d’un professionnel de l’isolation comme techni-murs.com

Les lois et normes à connaître

Pour définir les performances d’une paroi en termes d’isolation thermique, la loi définit comme valeur la résistance thermique R. Ainsi, une paroi rénovée doit disposer d’une valeur R supérieure ou égale au niveau minimal réglementaire, et selon une zone climatique bien définie – elles sont actuellement au nombre de 3 en France, une zone pour le grand-est, une zone pour le grand-ouest une autre pour le littoral méditerranéen. Pour réussir cette opération, on adapte l’épaisseur de l’isolant selon la surface disponible, notamment en hauteur.

Les exigences de la réglementation seront renforcées d’ici à 2023. Pour satisfaire pleinement à la réglementation d’ici cette date, l’ADEME vous recommande d’isoler vos combles perdus avec 22 cm de ouate de cellulose soufflée sous Avis Technique. Egalement, vous pouvez espérer entrer en conformité avec les normes les plus évoluées si vous votre mur est doublé par 14cm de polystyrène expansé de type Th38, certifié par l’Association pour la certification des Matériaux isolants – ACERMI.

Grâce à ces quelques explications, vous avez désormais un aperçu plus large des possibilités qui s’offrent à vous en matière d’isolation intérieure et extérieure. N’hésitez pas à soupeser ces deux manières de procéder, car les deux offrent des perspectives et des solutions adaptées à de nombreuses situations. Pour obtenir davantage de renseignements au sujet de l’isolation thermique de vos murs par l’extérieur, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre mairie. Il vous sera demandé de remplir le formulaire Cerfa n°13404*01 en trois exemplaires. Enfin, n’oubliez pas qu’une déclaration de travaux est obligatoire avant d’entreprendre le démarrage d’un chantier. C’est le Code de l’Urbanisme qui définit cette contrainte, par le biais de l’article R.421-17.a. N’hésitez pas à vous faire aider dans chacune de vos démarches par un professionnel du bâtiment, à qui vous confierez le soin de procéder à l’isolation de votre façade ou de vos murs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *